Neige

                  Deux syllabes si douces. La neige va nous manquer, il a fallu que la Covid s'en mêle ! Déjà qu'en dessous de 3000 mètres on skiait sur les cailloux ou la soupe carbonique grâce au réchauffement, avec les glaciers qui disparaissent en montagne tout fout le camp. Les remontées mécaniques sont proscrites, interdit pour les ados de s'embrasser en douce dans un coin du télésiège. Je ne sais pas pour vous, mais j'ai bien ri en voyant à la télé les acharnés privilégiés de Val d'Isère escalader les pentes en rando peau de phoque. C'est la première fois que ça leur arrive et ce n'est pas fini. Quand ils en auront assez de raviner les collines ils pourront toujours grimper aux arbres,... enfin ceux que les directeurs de station auront bien voulu sauver.

                   Parce que la neige avant, quand il faisait encore froid, c'était quelque chose! Tiens je me souviens, d'Aurillac on prenait la Micheline le dimanche pour aller au Lioran, la seule station de ski du Massif, moins de 2000 mètres au plus haut mais deux mètres de bonne neige pendant tout l'hiver. Le train spécialement aménagé quittait la gare par moins dix et nous gelait au fur et à mesure qu'on montait, moins vingt à l'arrivée, parfois plus froid encore. A cette époque les spatules incommodes dépassaient votre taille, c'était la règle pour ne pas sombrer, on skiait en pantalon de velours, on accrochait les fixations des planches de bois aux galoches de tous les jours. Une gageure pour faire tenir le ressort qui bloquait la chaussure sur le talon, il sautait tous les cent mètres.

                Il n'y a que le fils du pharmacien qui s'en sortait, il venait toutes les semaines depuis des années. Il s'accrochait à l'unique tire-fesses disponible puis on le voyait avaler la pente en slalomant dans la poudreuse entre les arbres pendant que les amateurs essayaient vainement d'arriver en haut, avachis, épuisés. Après moins d'une heure le pantalon de velours était trempé et les galoches remplies de neige fondue. Je crois que je n'ai jamais eu aussi froid. Je claquais des dents, et de tout le reste. Des moniteurs? Il ne fallait pas y compter. On descendait comme on pouvait, sur les fesses et en rechaussant le cul dans la neige. Ah ça Ils étaient contents les Valagnons! Les habitants du cru avaient entrepris de fabriquer des skis avec les planches de leurs sapins, ça rapportait plus que leurs chèvres.

                   Vers trois heures la brume glissait d'un coup. Tout devenait invisible. Tandis que le fils du pharmacien tentait une dernière descente la folie glacée s'arrêtait, les novices soulagés rangeaient leurs skis et se rapprochaient en bande de la gare en tentant de se réchauffer à l'unique braséro judicieusement posé sur le quai. Un pisteur passait sans bruit le long de la voie de chemin de fer pour vérifier que personne n'était oublié. Dans le brouillard on aurait dit qu'il avançait sur les eaux. J'enviais son d'aisance, les longs skis  semblaient voler seuls sur la neige. De retour dans la Micheline c'était un vrai bonheur, chaque tour de roue nous rapprochait de la chaleur de l'internat, tellement fatigués que nous serions volontiers partis au lit sans dîner. Deux dimanches glacés par an, le Lioran j'en ai soupé.

             La neige il ya d'autres façons de la goûter, l'usage des mots est formidable. Les oeufs à la neige vous connaissez ? Facile. Cuits dans de l'eau vinaigrée ils prennent la consistance et la couleur de l'or blanc. Evidemment ce n'est pas froid. Ce qui est délicieux c'est le contraste avec la crème anglaise dans laquelle on les fait nager : mmmmm...! Impossible aussi de ne pas citer Blanche-Neige une belle brune au teint clair synonyme de beauté. Un conte allemand recueilli puis écrit par les frères Grimm avant de faire le tour de la terre. Normal. En fin de compte cette histoire est une lutte de pouvoir entre la pureté et la méchante reine. Le coup de la pomme empoisonnée les ministres le font tout le temps. Par moments on dirait que les sept nains ont été nommés au gouvernement.

              Par bonheur la vérité triomphe de justesse. Armée de son balai Blanche-Neige fait le ménage dans la caverne. Ouf !