Monaco

                  Un confetti. Des tours et encore des tours serrées sur un espace minuscule entre falaise et bord de mer. Des appartements luxueux vendus aux propriétaires fortunés du monde entier. La plupart sont vides. Normal. L'intérêt des clients huppés de la principauté se résume à l'obtention d'avantages fiscaux exorbitants ou "comment payer moins d'impôts quand on est assez riche pour n'en avoir aucun besoin". La vénalité de ces gens est infinie.

                   Vivre dans un endroit pareil c'est impossible. On ne fait que passer. Autrefois, quand la voiture de mes parents empruntait la basse corniche pour nos vacances annuelles à Menton, rien ne distinguait l'architecture de Monaco des villes environnantes. De petits immeubles et des maisons entourées de jardins, des enduits ocres pareils à toute la région jusqu'en Italie. Le peuple était discret et peu fortuné. Tout a été détruit. Pour attirer les happy few on a fait place au béton vertical. La dernière construction est assez haute pour cacher la mer aux habitants de Beausoleil pourtant scotchés au plus haut dans la falaise. L'Etat français ne dit rien. Il tolère même sur ses terres contigües la présence du fameux club de tennis et de son hôtel. Contre redevance? C'est un secret! 

                    Bah! Pour masquer les misères faites à la nature on a quand même conservé les jardins du palais et quelques bâtiments d'allure classique autour du casino et de l'opéra Garnier. Soyons justes, le musée océnographique est toujours là avec le jardin de plantes exotiques, les deux sont arpentés de bandes serrées de visiteurs. A l'aplomb, pour rattraper le coup un nouveau quartier planté sur des caissons ancrés dans la mer abrite restaurants et boites de nuit. On se retrouve en pays de connaissance avant d'aller jouer à la roulette, ou après.

                    Ah le casino! Il a fait la fortune des princes et lancé la spéculation immobilière sur ce coin de rocher menacé de ruine. On y vient du monde entier pour laver l'argent douteux ou montrer qu'on a de quoi. Les navires des nababs mouillent dans le port. En dessous de cent mètres t'es foutu ou un moins que rien. En France les autorités donnent un coup de main, discret. On se demande pourquoi il revient moins cher de se faire opérer du coeur à l'hôpital conventionné de Monaco qu'en France ? Mystère...Le chef de la police locale est Français, sorti d'un école payée par nos impôts comme le chirurgien spécialiste du coeur. Pas aimable la police, ne vous y frottez pas, les Français l'incommodent. Pour le sergent de ville monégasque le Niçois est une sorte de Persan dangereux. Quand il le croise s'il le verbalise, il jubile. Ne riez pas ça m'est arrivé !

                 Au bas des tours les rues sont désertes, autour du café de Paris les Rolls et les Ferraris font la queue pour cracher les joueurs. C'est ça la vie à Monte Carlo, on sort du bateau pour se faire voir en tenue de soirée. Les visiteurs étonnés prennnent des photos avec envie. A part ça? Rien! Non! J'ai failli les oublier, ils sont transparents, 40 000salariés viennent des alentours et depuis l'Italie pour trimer à Monaco. Il en faut des femmes de ménage et des ouvriers d'entretien pour garder propre tout ce capharnaüm. Les riches n'aiment que le neuf. On trouve aussi quelques comptables gestionnaires de fortune et des employés de commerce qui s'ennuient en sous-sol dans les boutiques de luxe. L'industrie principale c'est la banque. La banque ne produit rien mais elle occupe du monde. Les salariés sont bien cachés. Dans la journée ils sont au téléphone avec le monde entier, le soir ils dégagent par l'autoroute surchargée construite pour eux. 

                   Le prince ? La famille Grimaldi parlons en. La société des Bains de mer c'est à eux. Avec les bénefs elle s'est payé des terres agricoles. En France bien entendu. Forcément à Monaco y en a pas. D'après les gazettes elle serait même un des plus grands bénéficiaires des subventions européennnes. Pas bête le prince fermier. Bon, on ne sait pas s'il fait du bio...

                Le Covid à Monaco? Les bars et les restaurants sont ouverts. Les résidents se sentent à l'abri. A côté le virus circule avec tous ces passants venus d'ailleurs, on se confine partout sauf dans la principauté. De Gaulle avait raison de fermer la frontière. Depuis la disparition du grand homme la France bonne fille tolère à sa porte cette anomalie bâtie sur les sables de l'exil fiscal. Jusqu'à quand? Hélas la situation est inextricable, il est trop tard pour agir. Las Végas entre Cap d'Ail et Beausoleil, la nature a disparu.

                 Comme tout le département Monaco est sur une zone à risque sismique élevé. Un jour de tremblement qui sait, tous les châteaux des spéculateurs pourraient bien sombrer dans la fosse maritime juste devant. Tous ensemble. Ce n'est que du béton.